Formation, coaching et consultation en gestion artistique et culturelle

Beethoven, un artiste entrepreneur?

beethoven-artiste-entrepreneur-caroline-houde-formation

Beethoven, un artiste entrepreneur.  Image libre de droits.  Source: Unsplash

Ceux qui me connaissent savent à quel point je me passionne pour l’entrepreneuriat artistique et culturel depuis plusieurs années.  D’ailleurs, l’essentiel de mes recherches et des projets sur lesquels je travaille sont dirigés vers tout ce qui touche ce large et complexe sujet.  J’ajouterais que je me réjouis de l’intérêt de plus en plus marqué envers l’entrepreneuriat et ses retombées positives dans le monde des arts et de la culture.

Néanmoins, l’entrepreneuriat et les « affaires » sont encore appréhendés comme un renoncement immoral à la pureté de l’acte créatif par plusieurs artistes et travailleurs culturels (et curieusement, par certains gestionnaires culturels…). 

Et pourtant…pourtant!   L’histoire démontre bien que la majorité des artistes ayant marqué l’univers de la création détenaient de véritables compétences entrepreneuriales. 

Justement, saviez-vous que Beethoven était l’un de ceux-là?

En m’amusant avec quelques mots clés sur internet, je suis « tombée » sur un article de l’anthropologue et sociologue Pierre Bourdieu qui en fait état.  L’auteur résume à merveille en quoi les compétences entrepreneuriales du compositeur Ludwig van Beethoven ont servi judicieusement sa carrière.

En voici quelques extraits[1] :

« Innovant à la fois sur le plan musical et sur le plan économique, Beethoven joue de toutes les possibilités économiques que les deux états du système lui offrent, et les met au service de ses fins artistiques. »

« Beethoven a pu être un grand innovateur musical parce qu’il a été un grand entrepreneur économique. Son génie économique, qui était complètement mis au service d’un projet musical, a consisté à tirer parti, avec un pragmatisme certain, de la coexistence, dans une période de transition, de plusieurs sources concurrentes de revenus, parfois perçues comme incompatibles : le salon de musique et la salle de concert, les pensions ou les subsides versés par des mécènes cultivés (comme ces membres de la haute noblesse qui s’engagent par contrat en 1809, à lui verser une importante somme d’argent, à condition qu’il réside à Vienne ou dans une autre ville de l’Empire des Habsbourg) et les billets d’entrée du public bourgeois, prêt à consommer non seulement les œuvres jouées en concert, mais aussi les partitions de morceaux faciles. »

Vous pouvez lire l’article dans son intégralité : ICI

En fait, Beethoven représente un exemple d’artiste parmi tant d’autres qui nous ont fait don de leurs chef-d’oeuvres.  Curieusement, ces aspects des grands créateurs sont rarement mis en évidence dans les livres sur l’art.  Toutefois, dès que nous nous intéressons de plus près à leurs biographies, nous constatons que le plus souvent, il y avait des qualités entrepreneuriales qui se cachaient (pas toujours cachées même…) derrière l’artiste.  

Intéressant n’est-ce pas? 

Vous avez des commentaires sur le sujet?  Ils sont les bienvenus! 


Découvrez l’offre de formations destinées aux artistes et aux travailleurs culturels : ICI


[1] Bourdieu, Pierre. « Bref impromptu sur Beethoven, artiste entrepreneur », Sociétés & Représentations, vol. 11, no. 1, 2001, pp. 13-18.  En ligne via Cairn : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2001-1-page-13.htm

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Le HTML de base est permis. Votre adresse email ne sera pas publiée.

S'abonner à ce flux de commentaires par RSS

%d blogueurs aiment cette page :